Devenir salésien

Religieux salésien de don Bosco, c’est Quoi ?

Les vœux ne peuvent être compris que dans la foi et en regardant ce qu’a vécu le Christ .

1 . Un peu  d’histoire :

Le 8 décembre 1859 , don Bosco rassemble dans sa chambre quelques jeunes sur lesquels il sait compter et leur fait part de ses projets . Il veut constituer avec eux une « société » pour « leur propre sanctification et le salut des jeunes démunis. » Les membres de cette « société » émettraient , par la suite des vœux religieux et ils s’appelleraient salésiens  .

Don Bosco leur laisse quelques jours pour réfléchir et donner une réponse .

A la fin de la réunion , s’établit un silence inhabituel . Ensuite , chacun laisse libre court à ses réactions . C’est le jeune Giovanni Cagliero ( qui deviendra le premier cardinal salésien ) qui exprime le mieux leur sentiment : «  Frère ou pas frère ( moine ou pas ) , moi , je reste avec don Bosco ! »

Le 18 décembre 1859 , 17 volontaires se retrouvent dans la petite chambre de don Bosco et ils vont élire les premiers membres du Conseil de la Société de Saint François de Sales qui vient de naître .

C’est cet attachement très fort à la personne de don Bosco qui va marquer les premières générations de salésiens . Etre avec don Bosco , faire comme don Bosco et , du même coup , épouser ses rêves .

2  . Religieux , aujourd’hui

Tout en invitant chaque famille religieuse à venir puiser à ses racines historiques , au charisme de son fondateur , L’Eglise invite aujourd’hui tout religieux et tout baptisé à revenir à la Source : «  A l’origine de toute vocation à la vie consacrée , il y a toujours une expérience forte de Dieu , une expérience qui ne s’oublie pas . Et cela , nous ne pouvons pas le calculer ni le programmer . Dieu nous surprend toujours . C’est Dieu qui appelle . » ( Pape François aux jeunes à Assise , octobre 2013 )

La vie religieuse , c’est donc une manière particulière de vivre le baptême . Il s’agit , comme pour tout baptisé , de suivre le Christ en vivant l’Evangile , mais avec d’autres frères que l’on n’a pas choisis ( communauté ) , pour toujours ( dans la profession des vœux définitifs ) , et à la manière du fondateur ( mission et style de vie ) .

Extrait de la formule de profession du salésien :

«  C’est pourquoi , en présence de mes frères , je fais vœu de vivre obéissant , pauvre et chaste , selon la voie évangélique travée dans les Constitutions Salésiennes . » ( art 24 )

Les vœux ne peuvent être compris que dans la foi et en regardant ce qu’a vécu le Christ .

Ce sont des moyens qui aident à se rendre plus libres pour participer totalement et définitivement à la construction du Royaume de Dieu .

Il s’agit de suivre le Christ , pauvre , chaste et obéissant .

Il s’agit d’aimer le monde comme le Père l’a aimé : «  Dieu  a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils , son unique ( Jean )

Il s’agit enfin de se rendre docile à l’Esprit « que le Père enverra et qui vous enseignera toute chose . »

3 .Le vœu d’obéissance

Obéissance n’est pas un mot à la mode dans notre société , aussi , il convient d’en rappeler l’étymologie . Le mot « obéissance » vient du latin « oboedire » qui signifie « prêter l’oreille à quelqu’un » . Obéir veut donc dire « écouter » , écouter pour ensuite répondre .

Le vœu d’obéissance , c’est comme une invitation à revisiter les notions d’autonomie , de liberté . Ce n’est pas l’indépendance et l’autosuffisance .

L’obéissance , c’est un rappel : nous avons besoin les uns des autres . Je suis dépendant des autres , mais cette dépendance , au lieu de la vivre sur la base de la frustration , de la méfiance réciproque et des rapports de force , je peux aussi la vivre à partir de la confiance et de l’alliance .

Ce vœu d’obéissance se vit selon 4 axes :

L’obéissance à Dieu : c’est toute la notion de vocation , d’appel , qui se joue . L’obéissance , c’est avant tout se mettre à l’écoute de Dieu afin de discerner quel est son projet de vie sur moi . Obéissant à l’image du Christ : « Non pas ce que je veux , mais ce que toi , tu veux . » ( marc 14, 36)

L’obéissance au monde : avoir le cœur en disponibilité , l’oreille tendue vers le monde , être vraiment solidaire de hommes et des femmes de notre temps .

L’obéissance à sa famille religieuse : c’est choisir à nouveau , chaque jour , le projet de vie religieuse qui est le nôtre et où Dieu nous conduit .

L’obéissance à soi-même : cela implique une connaissance de soi et de ses aspirations les plus profondes afin d’être fidèle à soi-même , afin d’être capable de s’écouter en vérité .

4 . Le vœu de pauvreté

Parler de « pauvreté » , faire vœu de « pauvreté » pourrait paraître une insulte par rapport à celles et ceux qui subissent la pauvreté au quotidien et qui en sont , parfois , écrasés . La pauvreté , dans le monde , est un mal qu’il nous faut combattre . Le vœu de pauvreté est donc un engagement à la solidarité avec les plus pauvres , surtout les jeunes : «  L’esprit de pauvreté nous porte à  être solidaire des pauvres et à les aimer en Jésus-Christ. » ( const.79)

Mais le vœu de pauvreté est aussi le rappel que l’abondance matérielle n’est pas la raison d’être ultime de l’homme , qu’elle n’est pas sa fin .

Le vœu de pauvreté renvoie naturellement au registre de « l’avoir » , mais il se situe plutôt au niveau de « l’être » . Il est une invitation à la liberté . Ce n’est pas tellement le choix de ne pas avoir , mais plutôt d’être libre par rapport à tout ce qu’on a .

Chaque famille religieuse vit ce vœu de pauvreté de manière différente : «  A l’ exemple et dans l’esprit de notre Fondateur , nous acceptons de posséder les biens nécessaires à notre travail et nous les gérons de telle manière que leur finalité de service apparaisse évidente à tous . Le choix des activités et l’implantation de nos œuvres doivent  répondre aux besoins des pauvres ( Const.77 )

Le vœu de pauvreté est à vivre individuellement mais aussi communautairement , dans un esprit de coresponsabilité et de partage . C’est ensemble , en communauté , que nous avons à chercher , au jour le jour , comment le réaliser le mieux possible .

5 . Le vœu de chasteté

Extrait du film « des hommes et des dieux » ( Xavier Beauvais ) .

Frère Luc et une jeune villageoise :

Jeune villageoise : Toi , tu as déjà été amoureux ?

Frère Luc : Oui , plusieurs fois … oui ( silence ) . Puis après , il est arrivé un autre amour . Tu vois ? Plus grand encore ….  Et j’ai répondu à cet amour là .

Je pense que c’est un bon point de départ pour comprendre le vœu de chasteté . Car ce vœu de chasteté est certainement celui qui rejoint le plus la personne dans la totalité de son être , tant dans sa quête de sens , que dans ses désirs et  ses besoins les plus intimes .

Ce qui détermine la décision de suivre le Christ , c’est une rencontré où le disciple est saisi par la personne de Jésus , où il est fasciné et où il se sent aimé . Tout baptisé est appelé à faire cette expérience . Elle n’est pas l’apanage exclusif du religieux , mais cette expérience constitue ( ou devrait constituer ) un terreau fondamental dans l’appel à la vie religieuse , et plus particulièrement pour le vœu de chasteté .

« Le vœu de chasteté doit être source d’équilibre et d’épanouissement pour la personne qui s’y engage . Il ne peut reposer uniquement sur des théories ou sur un activisme social .Il doit permettre au religieux de se réaliser , son seulement spirituellement , mais aussi dans toute sa vie psychique et affective . » (Yves Bériault o.p)

« Don Bosco a vécu la chasteté comme un amour sans limite pour Dieu et pour les jeunes. (…) Notre tradition a toujours cultivé la chasteté comme une vertu rayonnante , porteuse d’un message spécial dans l’éducation de la jeunesse . Elle fait de nous des témoins de l’amour privilégié du Christ pour les jeunes . Elle nous permet de les aimer en toute clarté de telle façon « qu’ils se sachent aimés » ; et elle nous rend capables de les éduquer à l’amour et à la pureté . » ( Const.81)

John Williams

Lyon-Choulans

photo de Lyon-Choulans

sites