Navigation



Don Bosco et l'Eucharistie

Généralement, quand Don Bosco parle à ses jeunes de l’Eucharistie, il s’agit de la communion, source inépuisable de grâces et rencontre personnelle avec Jésus.



Don Bosco va dire la messeDon Bosco présente à ses jeunes la messe comme « le sacrifice du corps et du sang de Notre Seigneur Jésus Christ offert et distribué dans les espèces consacrées du pain et du vin ». En y assistant, on revit la Passion comme les saintes femmes qui accompagnèrent Jésus jusqu’au Calvaire. D’où l’importance de bien se tenir pendant la célébration ! Et Jésus descend en personne sur l’autel pour appliquer à chacun de nous les mérites de son sang répandu. Don Bosco centre la spiritualité salésienne de l’Eucharistie sur le « mystère ineffable » que constitue la « présence réelle ». Le Christ ressuscité, présent dans l’hostie que l’on reçoit, et dans le tabernacle où il demeure, est un personnage vivant, actuel, avec qui on s’entretient. La communion est la rencontre avec un ami incomparable, qui soutient son ami dans les combats de la vie. Pour être toujours en état de le recevoir, il y avait des prêtres toujours présents à chaque temps de prière afin de donner le sacrement de pénitence.

D’autre part, la chapelle était toujours ouverte et accessible depuis la cour de récréation. Chacun pouvait y venir faire une « visite au Saint Sacrement » quand il le désirait. Après le repas de midi, c’est presque toute la population scolaire, salésiens en tête, qui venait se recueillir quelques instants devant Jésus présent au tabernacle.

Le prêtre salésien qui célébrait la messe devait prendre conscience de la profondeur du mystère de la présence divine. Il exprimait cela par le calme, le recueillement, l’exactitude, l’attention à toutes les rubriques, la crainte révérencielle dans son face à face avec Dieu, en union intime avec Jésus, prêtre et victime.

Les enfants ne pouvaient pas toujours bien participer à ce que faisait et disait en latin le prêtre qui leur tournait le dos… Plusieurs solutions étaient proposées : la récitation en commun du chapelet, avec une interruption au moment de la consécration et de la communion, la récitation de prières en langue ordinaire correspondant à chaque moment de la messe, la lecture personnelle de la traduction de ce que disait le prêtre. Le moment important restait la communion. Mais les premiers jeunes recueillis par Don Bosco n’étaient pas tous pieux ! Un jour, au moment de la communion, personne ne s’avança pour recevoir le corps du Christ. Dominique Savio organisa alors avec ses meilleurs copains, un tour de communion, et jamais plus Don Bosco ne se trouva devant une table de communion vide…