Navigation



Don Bosco apôtre des jeunes

Dès son enfance, Jean Bosco est un apôtre des jeunes, et il le sera toute sa vie, ayant créé en plus de ses œuvres, diverses associations à but apostolique.  A dix ans, le petit Jean regroupe autour de lui les meilleurs garçons de son village. Il leur raconte des histoires, et les encadre d’un signe de croix et d’un Je vous salue, Marie. Les jours de foire et de marché, il épiait les saltimbanques, et reproduisait leurs tours. Il donnait alors des représentations, précédées du chapelet, et de l’explication de l’évangile du dimanche précédent, et clôturées par une courte prière.

Pendant ses années de scolarité à Chieri, il se constitue une bande de copains triés sur le volet au plan moral et religieux. Avec eux il forme la « Joyeuse Union ». Les statuts de la société se résumaient en 2 points : Chaque membre se propose d’éviter tout discours et toute action indigne d’un chrétien, et il se propose d’accomplir avec la plus grande exactitude tous ses devoirs scolaires ou religieux. En plus, chaque membre devait chercher tels livres, lancer tels jeux capables de créer de la joie dans le groupe !

Les Compagnons de l'Immaculée

Les associations à l’Oratoire

Dès 1847, Don Bosco a créé au Valdocco une « compagnie de St Louis de Gonzague ». Son but est d’enseigner aux jeunes à pratiquer les principales vertus les plus brillantes de ce saint. Beaucoup de jeunes y entrèrent, et il en résulta une très notable amélioration de la moralité dans la maison.

Une conférence de Saint Vincent de Paul exista aussi au Valdocco, avec succès. En particulier les jeunes du Valdocco s’occupaient de jeunes plus pauvres de leur quartier, veillant à leur éducation, les aidant dans leurs travaux scolaires et leurs problèmes matériels.

La proclamation du dogme de l’Immaculée Conception en 1854 toucha profondément le jeune Dominique Savio, qui fonda avec le soutien de Don Bosco, la Compagnie de l’Immaculée. Les membres voulaient honorer Marie, observer rigoureusement le règlement de la maison et prendre soin de leurs camarades en les stimulant par leurs avis et leur exemple. S’adjoignit bientôt une Compagnie du Saint Sacrement, ayant pour but de développer le culte de l’eucharistie parmi les jeunes, les formant à la liturgie et appelant aux vocations sacerdotales.

Sur les dix membres fondateurs de la Compagnie de l’Immaculée huit devinrent prêtres dont sept furent les premiers religieux salésiens. Dominique Savio mourut trop tôt… mais fut canonisé.

Ces associations fonctionnèrent aussi dans les différentes œuvres salésiennes, y produisant des fruits de sainteté.

Jean-Pierre MONNIER