Navigation



Don Bosco et la Compagnie de l'Immaculée

Ne rêvons pas trop sur l'Oratoire des origines : un matin de mai 1856, Don Bosco célébrait la messe pour ses jeunes. Au moment de la communion, personne n'a bougé, personne ne s'est présenté! En allant en classe Dominique Savio et un de ses camarades se jurèrent de faire quelque chose pour que cela ne se reproduise pas. Avec un petit groupe ils décidèrent de s'organiser pour que chaque matin il y ait à tour de rôle des jeunes qui communient. Mais Dominique alla plus loin .

Pour lui, il fallait prendre le mal à sa racine: transformer la mentalité  de toute la maison.
Une équipe se chargea d'établir un statut pour leur organisation, qui reçut le nom de Compagnie de l'Immaculée, car on était au mois de Mai, et le dogme de l'Immaculée Conception avait été proclamé un an plus tôt! On se fixa comme objectif: une docilité rigoureuse au règlement de la maison, une vie d'une moralité impeccable, un souci jaloux de ne pas gaspiller une minute. Leur devise : Exact en tout. Pour y arriver, une confiance sincère en Marie, une saine piété eucharistique. Le règlement, retouché dans les détails, fut approuvé par Don Bosco.

Mais ils voulaient aller plus loin: agir sur les mauvaises tête , les brebis suspectes et les sauvages mélancoliques  de la maison. Chacun se choisissait un "client" qu'il tenterait de transformer en essayant de devenir son ami et en le suivant partout pour essayer de le rendre meilleur.
Le recrutement était sévère: pour être candidat, il fallait être le premier en conduite de la semaine, se confesser et communier; et être reçu au vote. Un certain mystère entourait la Compagnie, et les" bavards" étaient refusés. Les réunions clandestines avaient lieu une fois par semaine, présidées par l'abbé Rua. On y partageait les résultats du travail exécuté auprès des "clients", la préparation des grandes fêtes, la répartition des communions.

Dominique et MarieLes membres de la Compagnie devaient témoigner les uns pour les autres une amitié constante, s'aider sur la route du bien en se corrigeant les uns les autres, éviter tout accroc à la charité, ne solliciter aucune exception, aucune dispense, demeurer des exemples de piété eucharistique et mariale. Et bien sûr rester toujours joyeux. La petite troupe se consacra à Marie le 8 juin 1856.
En 7 mois d'action, la Compagnie de l'Immaculée, animée par Dominique, changea totalement l'atmosphère de la maison, qui culmina dans une fête de Noël d'une ferveur extraordinaire.  De ses membres sortirent un grand nombre de salésiens. Beaucoup de jeunes ont témoigné, après la mort de Dominique, de l'influence positive exercée par cette courageuse équipe. Et pendant de nombreuses années, la Compagnie fut à l'avant garde des meilleures initiatives prises dans la maison.