Navigation



Don Bosco et la presse

Extraits d’une lettre de Saint Jean Bosco  aux Salésiens, 19 mars 1885 - Un moyen pour rendre votre ministère plus efficace : la diffusion des bons livres.
Ce sont les livres inspirés par Dieu qui portèrent partout la bonne doctrine. C'est à nous donc d'imiter notre Père céleste.

La diffusion des bons livres est un des moyens pour aider tant d'âmes à vivre le règne de Dieu. Les pensées, les principes, la morale d'un livre catholique sont la substance de la tradition apostolique. Ils sont d'autant plus nécessaires que l'impiété et l'immoralité d'aujourd'hui se servent de ce moyen pour entraîner les imprudents à leur perte. C'est arme contre arme. Si le livre n'a pas la force de la parole il a l'avantage de rentrer partout, d'enseigner la vérité avec calme, de susciter la curiosité! Un livre dans une famille est lu par tout le monde. Il peut passer par des centaines de mains dans un pays, dans une ville, dans une bibliothèque itinérante, dans un hôpital, dans des groupes divers.

livres d'histoire Vies de jeunes
Pourquoi diffuser les bons  livres ?
1 – Ce fut pour moi une mission que la Divine Providence me confia. Vous savez comment je m'en suis acquitté malgré toutes mes occupations.
2 – En effet la rapide diffusion de ces livres prouve l'assistance spéciale de Dieu. En moins de trente ans, c'est plus de vingt millions de fascicules ou de livres que nous avons publiés. Et bien plus grand encore est le nombre de ceux qui les ont lus.
3 – La diffusion des bons livres est une des fins principales de notre Congrégation, selon l'article 7 de nos Constitutions
4 – Choisissez les bons livres au point de vue moral et religieux, ceux qui sortent de nos typographies, soit parce qu'ils sont une aide matérielle pour nos œuvres, soit parce qu'ils tendent à former un système ordonné, surtout pour les jeunes. Par "les Lectures Catholiques" je voulais rentrer dans les familles et attirer les jeunes vers le bien. Avec "La Jeunesse Instruite", " l'Histoire d'Italie", et tant d'autres, combien d'erreurs ont été rectifiées. Finalement avec le "Bulletin Salésien", entre autres motifs, je voulais aider les jeunes et leurs familles à garder l'esprit de St François de Sales pour qu'ils puissent à leur tour aider les autres. Je ne vous dis pas que j'ai atteint pleinement mon but mais c'est à vous de continuer par la diffusion de nos publications sans dédaigner les livres des autres. Attention toutefois que ces écrits ne ressemblent pas à un sermon ou à une leçon donnée aux parents mais soient par exemple un cadeau pour remercier de quelque service ou au curé de la paroisse.
Que votre zèle suscite des apôtres de la bonne nouvelle parmi les jeunes.
Marie Thérèse Ferlay