Navigation



Don Bosco et le cocher

Don Bosco supportait mal les voyages en diligence. Un jour qu'il entend le cocher blasphémer en frappant ses chevaux, il demande à monter prés de lui.

Et il lui demande comme un service de ne plus blasphémer .
- Oh, si ce n'est que cela... Je ne blasphèmerais plus. je suis un homme de parole.
- Pour le plaisir que vous me faites je vous donnerai un petit pourboire.
- Je refuse, monsieur l'abbé, je suis capable de ne pas blasphémer.
Mais après une nouvelle bordée d'injures, Don Bosco propose:
- Jouons ensemble. Je vous donne vingt sous et à chaque blasphème, j'en retire quatre.
- Soyez tranquille, je vais gagner les vingt sous!
Mais après un ralentissement des chevaux, le cocher fouette et blasphème...
- Seize sous, mon ami, dit Don Bosco.

don Bosco en fiacre


Le cocher bougonne. Quelques temps après nouveaux coups de fouet et deux gros blasphèmes.
- Mon ami, nous en sommes à huit sous...
- Ma mauvaise habitude m'a fait perdre douze sous. Mais j'irai me confesser samedi.
Pour le reste du trajet, il blasphéma encore une fois. Don Bosco ne lui devait plus que quatre sous, mais lui en donna vingt pour l'effort qu'il avait fait...
Un mois plus tard, Don Bosco vit son cocher arriver à son confessionnal:

- Vous me reconnaissez? Je suis le cocher que vous avez rencontré. sachez que je n'ai plus blasphémé. Je me suis obligé à ne boire que de l'eau chaque fois que je dis un blasphème, et cela ne m'est arrivé qu'une fois.